Logo, Roses de Normandie, Roseraie, roses anciennes, Normandie, France.


Culture des roses






Accueil Obtenteurs La Roseraie Savoir plus Nouvelles Roses Normandes


Conseils de plantation

Emplacement

Les rosiers sont des plantes de soleil, ils doivent être placés à découvert et avoir au moins 4 à 6 heures d’exposition ensoleillée par jour. Par contre, ils ne sont pas difficiles pour le sol, une terre lourde, type terre à blé, leur convient fort bien.

Rosiers racines nues (de Novembre à Avril dans le nord de la France) :

C’est de loin le mode le plus répandu pour planter des rosiers. Mais, il ne faut pas les acheter en Septembre ni même en Octobre. Bien des rosiers en Octobre sont, ici en Normandie, encore en fleurs, aucun n'a encore perdu ses feuilles. En jardinerie et en grande surface, les rosiers sont souvent présentés en sac plastique ou en conteneur, les racines étant généralement conservées humides dans de la tourbe. Proposés trop tôt, au chaud ou à l'abri, les bourgeons donnent rapidement de nouvelles tiges tendres qui gèleront, la reprise au printemps prochain sera très compromise si la plupart des yeux ont donné de jeunes pousses. Il faudrait attendre que la sève soit descendue, que les rosiers arrêtent spontanément de fleurir et perdent naturellement leurs feuilles avant de les arracher pour les commercialiser. Dans ces conditions, conservés au frais et achetés de Novembre à Février les rosiers ne présentent pas de nouvelles pousses. En Mars ou en Avril, on peut les accepter avec des jeunes pousses uniquement au sommet des tiges. Les pieds qui souffrent de sécheresse ont l'écorce frippée, les éviter. Les tiges noires sont mortes. Choisir des rosiers avec au moins trois fortes tiges saines.

Une fois achetés, ne jamais laisser les racines se dessécher et moins encore au soleil. Si on ne peut les planter rapidement, les garder humides, enveloppés au frais et hors gel, ou mieux les mettre en jauge dans un endroit abrité (couchés, les racines recouvertes de terre qu’on arrosera). La plantation joue un rôle majeur dans le devenir du rosier. Trois principes sont essentiels. 1) Le trou doit être d’au moins de 50 cm en long, en large et en profondeur (environ 2 fers de bêche). 2) Il ne doit être jamais être fait là où un rosier à récemment poussé (à moins de changer complètement la terre en faisant un trou encore plus grand). 3) Bien arroser à la plantation et au cours de l'année.

Au moment de planter, ‘rhabiller’ racines (15-20 cm) et tiges trop longues, blessées et cassées. Si votre rosier a ses racines dans de la tourbe et enfermées dans un filet, les en libérer. Les racines sont alors pralinées, c’est à dire laissées 20 minutes dans bouillie d’eau et de terre (traditionnellement avec de la bouze dz vache). Au fond du trou on peut mettre du fumier décomposé, le recouvrir d’un peu de terre pour que les racines ne soient pas directement en contact ; on peut enrichir la terre de sang séché et de poudre d’os ou de corne. Tasser avec le pied, faire une cuvette pour retenir l’eau et verser 2 arrosoirs. Il est bon de butter les rosiers (comme une taupinière) pour protéger les tiges du dessèchement jusqu’à la fin des gelées.

Il vaut mieux planter tôt. Jusqu’en Janvier, on peut laisser jusqu’à 5 tiges avec 3 à 5 yeux chacune ; en fin de saison (Mars, Avril), ne laisser que 3 tiges avec 3 yeux (soit environ 10 cm au dessus du point de greffe).

Il est préférable que l’endroit où s’est fait le greffage (pose de l'écusson) soit légèrement enterré. On peut même l’enterrer plus si on souhaite que le rosier s’affranchisse (se développe sur ses propres racines au lieu de celles du porte greffe). Veiller cependant à ce que l’extrémité des tiges reste à l’air libre (au moins 5 cm). Dans ce cas quelques variétés (essentiellement les Galliques) peuvent envoyer des rejets, et de nouvelles tiges du rosier greffé, apparaissent à quelque distance du pied, ce ne sont pas des gourmands. On peut les laisser en place pour couvrir la plate-bande, ou à l'automne les séparer du pied mère, on a alors un nouveau pied raciné du même rosier. En quelque sorte une bouture naturelle reprise. Les vieux rosiers oubliés poussent toujours sur leurs propres racines.

Rosiers en conteneurs (toute l’année)

Mêmes conseils que pour les rosiers racines nues : ne pas acheter en automne et en début d'hiver des rosiers qui présentent des jeunes pousses. De même, en mars-avril, si vous pouvez encore craindre du gel dans votre région, ne pas acheter de rosiers en fleurs, malgré des actions dites de promotion !

Avant de planter, immerger complètement le pot 30 minutes dans un récipient d’eau. Laisser égoutter le même temps, et planter sans dissocier la terre du pot dans un trou préparé comme ci-dessus. On sera souvent amené à enterrer le rosier plus qu’il ne l’était pour protéger le point de greffage.

NB : Arroser régulièrement et abondamment vos rosiers (par arrosoirs de 10 litres, pas par carafes), au moins la première année.


Conseils de taille

Fin Février début Mars est la bonne période pour tailler les rosiers en Normandie, en espérant, qu'il n'y aura plus de forte gelée. Il ne faut donc pas faire ce qu'on voit dans maints villages et villes où les rosiers sont parfois sévèrement rabattus dès Novembre à "3 yeux". Cette taille sévère qui ramène les tiges à une dizaine de centimètres ne concerne que les rosiers contemporains : Hybrides de Thé voire des Floribunda. Elle ne concerne donc pas les roses des autres groupes, elle ne concerne pas la majorité des roses de la roseraie Roses de Normandie, elle ne concerne jamais les roses anciennes.

Les nouvelles tiges qui partent du pied, ne sont pas des gourmands, mais l'avenir du rosier. Les gourmands sont des tiges qui partent du porte greffe, leur aspect sera donc bien différent du rosier cultivé, ils devront être coupés au départ sur la racine, donc dans le sol, pour éviter une récidive. Les rosiers greffés sur Rosa multiflora ne font pratiquement pas de gourmands.

Taille des buissons

Pour tous, on éliminera les tiges mortes, gelées (noirâtres), blessées et les brindilles, le plus souvent en coupant au ras du sol. On pourra aussi supprimer quelques tiges âgées pour amener le rosier à se régénérer par de nouvelles tiges qui partiront du pied. On pourra éventuellement éliminer aussi un excès de tiges au centre de la plante pour donner un peu de jour, ainsi que celles qui s'entrecroisent.

Buissons non remontants

Les rosiers non remontants Galliques, Centfeuilles, Alba et autres, ont la particularité (comme tous les arbustes à floraison unique de printemps) de fleurir sur les bois (les tiges) de l'année précédente. Si on les rase comme des Hybrides de Thé on ne doit pas s'attendre à ce qu'ils fleurissent la saison suivante ! On se contentera donc de réduire la hauteur de certaines tiges trop hautes ou trop faibles pour supporter facilement des fleurs, par exemple d'1/3 de leur hauteur. Toutes peuvent être réduites d'environ 1/3, surtout lorsque le rosier est jeune, et si on attache une grande importance à l'harmonie de la forme du rosier. On voit que les rosiers les plus anciens peuvent se passer de taille.

Buissons remontants anciens

Là aussi la taille est réduite pas rapport aux rosiers contemporains, on respectera la forme et le développement de chaque rosier, les tiges peuvent être réduites du tiers ou de moitié.

Buissons remontants contemporains

On a vu que ces rosiers nécessitent une taille sévère. Mais ce n'est pas pour autant qu'il doivent tous être ramenés à 10 cm. Ceci vaut pour les rosiers à faible développement, essentiellement les petits Hybrides de Thé. La taille ne doit pas être aussi sévère pour les Polyantha, on doit laisser en place des tiges qui peuvent faire 20 ou 30 cm selon leur développement. Pour les Hybrides de Thé très vigoureux comme 'Mme Antoine Meilland', 'Thérèse de Lisieux', la taille peut se faire à 40 ou 60 cm, ou même bien plus haut pour les forts Floribunda comme 'Comtesse de Ségur'.

Taille des rosiers sarmenteux

On distingue les sarmenteux (comme les Wichuraiana, ou les Hybrides de Thé sarmenteux) et les rosiers lianes (comme certains Multiflores). On enlèvera les tiges anciennes (elles deviennent très foncées puis noires), le plus souvent en les coupant au ras du sol. Ceci sollicitera le rosier à donner de nouvelles tiges, à partir du pied, qui le rajeuniront. Si on veut éviter un trop fort développement d'un rosier, le meilleur moyen est de limiter au sol son nombre de tiges. Bien sûr ces rosiers doivent (ou peuvent) être palissés pour diriger et soutenir les tiges ; pour les rosiers aux tiges rigides, il est souhaitable d'orienter les tiges encore très jeunes au cours de leur développement. On laissera le rosier déterminer sa longueur dans le cas des Wichuraiana. Les Hybrides de Thé grimpants peuvent être réduits en taille. Les rosiers liane de fort développement deviennent au bout d'un certain temps incontrôlables, la taille n'est plus possible, ils se développeront à leur convenance.

Retour Haut de page

Mon courriel : RosesdeNormandie76@orange.fr
Copyright (logo, photographies et texte) © -2001-2014- Daniel Lemonnier. http://perso.wanadoo.fr/rosesdenormandie/